Au Burundi, la torture reste impunie

Dans un communiqué rendu public par l’Acat dimanche 26 juin 2016 à l’occasion de la journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture ; Maitre Armel NIYONGERE directeur de cette ong Acat indique que depuis la contestation du troisième mandat de Pierre Nkurunziza, cette organisation a observé plusieurs cas de torture, de violences sexuelles, de disparitions forcées, d’exécutions extrajudiciaires, de détentions arbitraires ainsi que la surpopulation carcérale.
Maitre Armel Niyongere demande à la population et aux victimes de ces crimes de ne pas désespérer. Il les appelle à continuer le combat pour que les présumés auteurs soient punis. Cette organisation promet de plaider auprès de la justice internationale et autres mécanismes onusiens de diligenter les enquêtes affin d’établir la responsabilité et de traduire en justice les auteurs. Acat Burundi interpelle les autorités burundaises à tirer des leçons au cas de l’ancien président Tchadien Hussein Habré. Au Burundi, le code pénal de 2009 réprime la torture à l’aide des peines incompressibles et malgré ces avancées en matière de lois, Me Armel Niyongere déplore l’impunité dont jouissent les auteurs des cas de tortures et autres traitements inhumains et dégradants.


Publié le 27 / 06 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire