Au moins 22 cadavres et 26 personnes tuées au cours du mois de janvier 2017 selon la Ligue Iteka

La situation des droits de l’homme reste préoccupante au Burundi, du moins comme l’indique la Ligue des droits de l’homme Iteka dans son rapport mensuel pour le mois de janvier.
Cette ligue indique avoir recensée 26 personnes tuées, 22 cadavres jetés ici et là dans la nature, dans des rivières et dans le lac Tanganyika. Ce même rapport mentionne 20 personnes torturées, 9 portées disparues et 322 personnes arrêtées arbitrairement.

Des policiers, des agents du SNR et des militaires en collaboration avec des jeunes Imbonerakure affiliés au parti CNDD-FDD au pouvoir sont pointés du doigt par la ligue Iteka, comme étant les auteurs de la plupart de ces violations de droits humains.

Le mois de janvier a également été marqué par l’attaque armée dirigée contre le camp militaire de Mukoni dans la province de Muyinga (Nord-Est) du Burundi. Au moins 12 militaires ex-FAB de la composante sociale Tutsi ont été arrêtés lors de cette attaque controversée qui aurait été inventée par les services de sécurité du président Pierre Nkurunziza, pour justifier les assassinats, les tortures et les arrestations contre cette composante.

Le rapport mensuel de la ligue Itega revient sur l’insécurité alimentaire que subit la population à cause de mauvaises récoltes enregistrées les saisons culturales A de 2016. Cette insécurité alimentaire est accentuée par la montée des taxes dans tous les domaines de la vie dans le but de financer le budget général de fonctionnement de l’Etat, poursuit ce rapport.


Publié le 7 / 03 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire