Bruxelles : Les professionnels des médias burundais exigent la réouverture des médias fermés

Lors de la table ronde de deux jours sur les médias burundais à Bruxelles, les responsables des médias et organisations des professionnels des médias qui ont pris part à cette table ronde ont demandé aux bailleurs de fournir un appui direct et urgent aux journalistes burundais en exil et ceux qui sont restés au pays qui ont continué a faire circuler l’ information après la destruction de leurs médias respectifs.
A l’issu de cette table ronde, ces responsables ont expliqué aux bailleurs et autres opérateurs qu’il y a des initiatives qui ont été prises par les journalistes à l’interne et à l’externe pour contourner le black out médiatique imposé par le pouvoir de Bujumbura depuis plus de 9 mois. " Aujourd’hui il y a des messages de haine ravivant des tensions ethniques qui sont propagés par certains dirigeants au pouvoir, et il faut tout faire pour dénoncer ces types de message, qui malheureusement passent parce qu’il y a absence des médias indépendants", a indiqué Patrick Nduwimana, directeur de radio Bonesha et président de l’Association Burundaise des Radiodiffuseurs.
Ces responsables et professionnels des médias ont également demandé aux bailleurs de faire un plaidoyer politique au près des autorités burundaises pour la réouverture des médias fermés et le retour à une information pluraliste.
Le ministre et président de la fédération Wallonie de Bruxelles Rudy Démotte qui a suivi avec attention la présentation de la situation des médias au parlement de Wallonie de Bruxelles, a promis de faire ce plaidoyer et de contacter d’autres partenaires comme l’Union Européenne, pour pouvoir aider ces médias détruits et leurs journalistes de continuer à fournir une information pluraliste et professionnelle.

Le président du Conseil National de la Communication Karenga Ramadhani qui était présent à cette table ronde a promis que le CNC va exercer son droit constitutionnel pour favoriser la réouverture des médias encore fermés, et garantir la sécurité des journalistes restés au pays dans l’exercice de leur métier.


Publié le 25 / 03 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire