Bubanza :Rejet des quotas ethniques et du genre dans l’élection des répresentants du peuple ..

C’est une violation flagrante de la constitution de la république du Burundi dans le choix des administrateurs des 5 communes de la province Bubanza (Nord-Ouest du Burundi), cautionnée par la Commission Electorale Provinciale Indépendante.
Selon une source de cette commission, les communes de Gihanga et Musigati devraient être dirigées par des administrateurs d’ethnie Tutsi pour respecter les équilibres de 40% pour les tutsi et 60% pour les hutu dans l’administration. La CEPI en a décidé autrement. Selon les propos du président de la CEPI Niyimpa Jean Pierre recueillis par l’ABP Bubanza, Il a manqué une candidature tutsi à Gihanga tandis qu’à Musigati, une candidature de cette ethnie a refusé ce poste.
Une source proche du pouvoir en commune Gihanga confirme le contraire, les candidats potentiels à ce poste de cette ethnie auraient été intimidés pour ne pas se présenter : l’administrateur sortant très proche du représentant du parti CNDD FDD dans cette commune nous a avoué qu’il est le seul administrateur reconduit, un rescapé de ce type. Dans toutes les communes de la province Bubanza, c’est le CNDD FDD qui a tout raflé. Le contraire aurait surpris.
Les équilibres constitutionnels genres n’ont pas également été préservés dans la mise en place des administrateurs et parlementaires. En effet sur les 4 députés élus et une cooptée peu après pour combler cette lacune, le CNDD FDD avait placé une femme sur 4, c’est-à-dire 25% moins que 30% constitutionnelle. Elle a été cooptée au sein de la coalition des indépendants Mizero y’Abarundi mais ne siège pas à l’hémicycle de Kigobe, elle est du camp de Nditije Charles.


Publié le 14 / 08 / 2015 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire