Bujumbura : début du déménagement dans la colère autour du nouveau palais

Dans la tristesse et la peur les habitants très proches du nouveau palais présidentiel de Gasenyi emballaient dans la précipitation leurs affaires pour les embarquer dans des véhicules ce vendredi matin 07 avril 2017. Plusieurs policiers, lourdement armés, intimaient l’ordre de faire vite et supervisaient l’opération. Ils entraient et sortaient de leurs maisons qui devront être démolies sans rien dire, les larmes presque dans les yeux.
Certains nous ont confié qu’ils ne savent pas où aller mais qu’ils sont obligés de quitter pour leur sécurité. «Regarde dans chaque ménage il y a deux policiers ou plus, on ne peut pas résister et je ne sais pas où aller avec mes enfants», dit une femme, mère de six enfants.
Ces habitants se plaignent d’être chassés alors qu’ils n’ont pas été encore indemnisés. « Les autres qui se trouvaient sur les 40 hectares ont été indemnisés mais nous, on nous chasse sans rien nous donner» ; s’exclament nos interlocuteurs. La plupart des habitants laissent derrière eux de belles maisons en durs. « Le coût de construction de ma maison est estimé à plus de cinq cent millions de francs bu, que ça soit la présidence ou le ministère de l’environnement personne ne nous donne la réponse à la question de l’indemnisation » ; s’étonne à voix basse sur notre micro une des personnes chassées.
Le chef de la colline Gasenyi qui était sur place a demandé à cette population de respecter la mesure de déménagement et de continuer leurs revendications.
La démolition des maisons devrait commencer ce vendredi mais à la mi-journée les engins étaient encore attendus. Le déménagement « forcé » pour « des raisons d’intérêt public » concerne tous les ménages établis sur 200 hectares.


Publié le 7 / 04 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire