Bujumbura, sous examen devant la commission des Nations Unies pour les Droits de l’Homme.

Les représentants du gouvernement burundais accompagnés par la Commission Vérité et Réconciliation(CVR), et la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme(CNIDH) exposent ce lundi 22 mars 2016, la situation des Droits de l’Homme au Burundi devant la commission des Nations unies au Droit de l’Homme basée à Genève.
Le conseiller Principal chargé de la communication à la présidence du Burundi via son compte twitter fait savoir qu’en marge de cette réunion internationale, le ministre Martin Nivyabandi ayant les Droits de l’Homme dans ses attributions, rencontre les ambassadeurs africains dans le but de leur expliquer la situation qui prévaut au Burundi, « ceux qui se rendent donnent des détails sur leurs crimes ».
Selon toujours Willy Nyamitwe, ces ambassadeurs ont accepté d’aider le Burundi. L’exemple du sud soudan qui s’est engagé à appuyer les efforts du Burundi.
Cette réunion se tient au moment où les organisations internationales des droits de l’homme ne cessent de dénoncer les violations graves des Droits humains qui continuent dans le pays. Au mois de février, l’ONG internationale Amnesty internationale a publié les images satellitaires qui montrent des fosses communes. Le gouvernement burundais a nié l’existence de ces fosses. Cependant, ces derniers jours, le gouvernement affirme avoir découvert des fosses communes grâce aux témoignages des jeunes qui se sont rendus et qui seraient même les auteurs de ces crimes. Depuis l’éclatement de la crise en Avril 2015, plus de 400 personnes ont été tuées et plus 250 000 personnes contraintes à l’exil.


Publié le 21 / 03 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire