Burundi : 13 mai 2015- 13 mai 2016, les Burundais vivent encore les conséquences du putsch manqué

« Le putsch a échoué mais la cause était noble », dit cet homme rencontré dans les rue de Bujumbura. Un peu plus loin un autre condamne les putschistes pour la mauvaise organisation du coup d’état : « nous ne comprenons pas pourquoi des généraux comme Cyrille Ndayirukiye et Godefroid Niyombare ont échoué un putsch dans un contexte où tous les ingrédients étaient réunis ». Le gouvernement et le parti au pouvoir eux fêtent le premier anniversaire de la victoire sur les putschistes mais les conséquences sont nombreuses.
Une année après le putsch manqué, les activités dans la capitale Bujumbura tournent au ralenti. Dans les zones dites contestataires du 3ème mandat du président Pierre Nkurunziza , certaines habitations sont désertes . Des arrestations des jeunes sont opérées tous les jours.
Des assassinats ciblés des citoyens , des hommes politiques, des commerçants continuent. Les habitants de la capitale Bujumbura vivent dans une peur. Des explosions de grenades et des tirs de feu continuent à porter des vies humaines dans toutes les communes.
Des divisions au sein de l’armée et de la police. Des assassinats ciblés au sein de ces corps s’observent.
Le commerce est au ralenti, les hangars du port de Bujumbura sont presque vides. Les commerçants déplorent la dépréciation de la monnaie burundaise. Dans les marchés, les prix ont grimpé et les clients viennent au compte gouttes. les prix ont passé du simple au double. Des pommes de terre en provenance du Rwanda ne viennent plus.


Publié le 13 / 05 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire