Burundi-Dialogue : début difficile des pourparlers à Arusha

Alors que la facilitation se prépare à avancer dans le dialogue inclusif pour tenter de mettre fin à la crise burundaise, les représentants du gouvernement ont refusé ce mardi matin 12 juillet 2016 de s’asseoir avec ceux qu’ils accusent d’être impliqués dans le putsch manqué du 13 mai 2015.

La tache se révèle très compliquée pour la facilitation déterminée à rapprocher les parties dont la méfiance est encore très grande. Les représentants du gouvernement ont notamment exigé que le docteur Jean Minani président du CNARED, Pacifique Nininahazwe, représentant du FOCODE et Armel Niyongere de l’ACAT soient exclus des discussions "parce poursuivis par la justice"; selon les termes du conseiller chargé de la communication à la présidence.

Ce deuxième round des pourparlers d’Arusha devrait permettre à la facilitation de mettre en commun les différentes idées collectées séparément auprès de toutes les parties.
Le Burundi a connu des crises cycliques, depuis son indépendance. La dernière date d’avril 2015 avec le mouvement anti troisième mandat de Pierre Nkurunziza


Publié le 12 / 07 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire