Burundi-Dialogue : il est hors de question que Bujumbura impose ses interlocuteurs selon l’UPRONA de l’opposition

Le gouvernement de Bujumbura est une des grandes parties en conflit dans la crise politico-sécuritaire qui secoue le Burundi depuis l’annonce de la candidature de Pierre Nkurunziza à un mandat controversé ,fait remarquer Tatien Sibomana ,porte parole de l’UPRONA non gouvernemental. Pour ce, Bujumbura n’a pas les prérogatives de suggérer, encore moins de désigner la liste des personnes avec lesquelles il va négocier, souligne Tatien Sibomana.

Il appelle la médiation et la communauté internationale à rester ferme sur ce point pour ne pas céder aux pressions du gouvernement de Bujumbura. D’après Tatien Sibomana si le gouvernement persiste et refuse de participer à la prochaine session de dialogue sous ce prétexte, il aura prouvé au Burundais et à la communauté internationale qu’il veut la guerre au Burundi.

Le porte-parole et secrétaire général du gouvernement, a déclaré ce vendredi 14 juillet 2017, dans une conférence de presse que Bujumbura ne se présentera pas à la prochaine session de dialogue si les personnes que Bujumbura accuse d’avoir participé au putsch manqué du 13 mai 2015.

Ecoutez Tatien Sibomana:

Clique pour écouter...

Publié le 18 / 07 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire