Burundi-EU : le parlement burundais demande la levée des sanctions, l’UE exige toujours le dialogue inclusif

Dans une proposition de résolution du parlement burundais qui sera présentée du 19 au 21 à Malte lors de l’Assemblée paritaire Afrique Caraïbes Pacifique et l’UE, les élus du peuple considèrent que la situation sécuritaire s’est améliorée sur toute l’étendue du pays. Ils se réjouissent que 156 266 burundais réfugiés dans les pays voisins et certains pays occidentaux aient regagné volontairement leur pays. Ils évoquent le retour des politiciens comme l’ancien président de la république Sylvestre Ntibantunganya, l’ancien vice président Alice Nzomukunda, l’ancien ambassadeur du Burundi à Bruxelles Félix Ndayisenga, les anciens députés Mathias Basabose et Joseph Ntidendereza. Le parlement burundais note avec satisfaction l’avancement du dialogue inter burundais tant intérieur qu’extérieur.

Les deux chambres du parlement demandent à l’UE de tenir compte de toutes les performances enregistrées par l’Etat burundais pour lever les sanctions contre le Burundi, car selon cette même proposition de résolution, elles affectent énormément la population dans des domaines variés comme l’Education, la santé.

Cependant, l’ambassadeur de l’UE au Burundi Wolfram Vetter trouve que la situation politico-sécuritaire reste encore « précaire » dans le pays de mille collines. Selon lui, Il existe toujours des cas de tortures et des disparitions, la liberté d’expression n’est pas aussi garantie à tous les citoyens. Pour l’ambassadeur Vetter, seul le dialogue inclusif sous la médiation de l’Afrique de l’Est est capable de lever les défis aux quels fait face le Burundi.


Publié le 10 / 05 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire