Burundi-Economie : ces produits BRARUNDI; de plus en plus rares et chers

Des propriétaires des bistrots dans la ville de Bujumbura fixent comme ils veulent les prix des boissons alcoolisés de la Brasserie et limonaderie Burundi. Dans certains bars, la bouteille de Primus 72cl et celui de l’Amstel 50cl s’achètent soit à 1600fbu ou à1800 fbu alors que le prix officiel est de 1400 francs burundais pour ces deux produits. Le Primus 50cl qui devrait coûter 1000 fbu, est actuellement à 1200 fbu.

A Kanyosha (sud de la capitale), les amateurs de Primus sont d’abord obligés de commander une brochette pour avoir une bouteille de bière. « Je les oblige à consommer la viande parce que je vois des nouveaux visages, ils cherchent des Primus alors que ce ne sont pas mes propres clients. Après avoir vidé mon stock, mes clients qui consomment également de la viande ne vont pas avoir quoi à boire, et je perds doublement », indique un cabaretier. Les responsables des bars eux aussi se lamentent que les détenteurs des MEGA-SSD les exigent à prendre les casiers de Fanta pour avoir de Primus et d’Amstel 50 cl surnommé Bechu.

Les administratifs à la base et les chefs des postes de la police font partie des consommateurs de ces boissons à ces prix exorbitants. Aucune action pour contraindre les propriétaires des bistrots à vendre aux prix officiels. Même au niveau du gouvernement c’est le silence total, ni le ministre ayant le commerce et l’industrie dans ces attributions ni son collègue de l’intérieur n’ont jamais tenté de faire respecter les prix.
La pénurie des boissons alcoolisées de la BRARUDI dans la Capitale Bujumbura dure plus de deux semaines.


Publié le 18 / 09 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire