Burundi-Economie : Le charbon devient de plus en plus rare à Bujumbura

Au Burundi et surtout dans la capitale Bujumbura, le charbon est le principal produit utilisé pour le chauffage et la cuisson des aliments. Ce produit se raréfie dans les zones urbaines de Buterere, Cibitoke, Kamenge, Ngagara et Kinama de la commune Ntahangwa. Dans quelques points de vente où sont passés nos reporters ce dimanche 12 mars 2017, aucun sac de charbon n’y était. D’autres avaient ce produit en quantité insuffisante. « Auparavant, on me donnait 50 sacs mais actuellement je reçois 10 sacs », raconte un commerçant trouvé sur place. « Je peux même passer plus d’une semaine sans charbon », ajoute-t-il. Un sac qui coûtait 17 000 francs burundais s’achète à 25 000 francs burundais.

Les chauffeurs des camions transportant les sacs de charbon vers Bujumbura disent qu’ils ne sont pas à l’origine de cette pénurie qui s’observe actuellement, ils jettent le tord à la police. « La police nous oblige à charger nos camions jusqu’au niveau de la cabine, c’est vraiment difficile d’appliquer cette décision car nous n’aurons aucun gain », explique un chauffeur. « Arrivé au niveau du Bar Bonesha à Kamesa dans la zone urbaine de Musaga, les policiers n’hésitent pas à garder des sacs dépassant le niveau indiqué et t’ordonnent de revenir les prendre moyennant une somme d’argent si non on t’accuse de mauvais chargement qui est punissable d’une amande de 100 000 francs », déplore un autre chauffeur de camion contacté. Ce chauffeur indique aussi que c’est le propriétaire de ces marchandises qui doit payer ces amandes ou les pots-de-vin, ce qui se répercute sur le prix du consommateur.


Publié le 13 / 03 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire