Burundi-Economie : persistance de la pénurie des boissons alcoolisées, des commerçants font la queue devant les SSDs

Une foule de commerçants s’observe devant le SSD (Strategic Sales Depots), situé sur la Route Nationale numéro 3 menant vers Rumonge. Avec des casiers de Primus de 50 et 72 cl, et ceux d’Amstel 50cl, tous cherchent à s’approvisionner en boissons alcoolisées de la brasserie et de la limonaderies du Burundi. Ils viennent des zones urbaines et des montagnes surplombant Bujumbura, la capitale.

Dans des bistrots ordinaires du Sud de la capitale, une bouteille de Primus 72 cl où elle s’achète à 1600 fbu au lieu 1400fbu(prix officiel), celui d’Amstel 50 cl et le Bock étaient introuvables dans plusieurs bars, ce mardi.

Certains consommateurs se contentent de prendre ce qui est disponible, le PRIMUS 72 cl. « Je venais de passer plus de dix ans sans prendre la Primus, ma boisson préfère était Amstel », lance en plaisantant un amateur de la bière. « Le pire est à craindre, il faut se préparer à la consommation de la bière de banane ou de sorgho », indique un autre consommateur des boissons de la Brasserie.

A Bujumbura, l’Amstel 65 cl est devenue très rare. Cette boisson qui était la plus consommée est introuvable depuis plus de deux mois.
Les explications de cette pénurie varient d’une personne à une autre. Certains évoquent le manque de devises pour que la BRARUDI paye ses fournisseurs des matières premières. D’autres disent que ces produits sont vendus au Congo voisin où la bière s’achète en dollar.

A la BRARUDI, c’est le silence Radio. Personne ne veut s’exprimer sur cette pénurie.


Publié le 13 / 09 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire