Burundi-Economie : l’OLUCOME réclame la mise en application de la loi portant exonération des produits vivriers

L’Observatoire de Lutte Contre la Corruption et les Malversations Economiques demande au ministre des finances et de la privatisation Domitien Ndihokubwayo de sortir une ordonnance listant les produits vivriers à exonérer. Dans un communiqué sorti le 12 mai 2015, le président de l’OLUCOME déclare que «le ministre Domitien Ndihokubwayo devrait entendre « les cris de détresse des citoyens burundais qui sont entrain de mourir de faim en appliquant la loi portant exonération de produits alimentaires au Burundi votée par le parlement et promulguée par le président de la république le 27 avril 2017 ».

Cette loi prévoit une diminution des taxes sur les produits vivriers produits localement et l’exonération des produits vivriers importés. L’application de cette loi viendrait, selon l’OLUCOME, soulager la population qui souffre d’une crise alimentaire. Pour l’OLUCOME, le gouvernent a peur de perdre un grand montant des droits de douanes selon le président de l’OLUCOME. Il déplore le fait que le gouvernement continue à octroyer des exonérations aux personnes « qui se font passer pour des investisseurs alors qu’en réalité ce sont des corrompus et corrupteurs ».
Le parlement du Burundi avait voté à l’unanimité cette loi portant exonération des produits vivriers après une enquête sur terrain à l’issue de laquelle les élus du peuple avaient constaté que la récolte pour la saison culturale B avait diminué en moyenne de 40% par rapport aux années précédentes.
Un rapport d’une organisation internationale qui coordonne les aides humanitaires (OCHA) a déclaré au début de l’année 2017, que plus de trois millions de Burundais nécessitent une aide humanitaire dont un million étaient « en danger de mort » s’ils ne recevaient pas une aide d’urgence.


Publié le 12 / 05 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire