Burundi-Economie : le ministre de l’agriculture tente d’intéresser les caféiculteurs; le prix du café cerise est fixé à 500 francs le Kg au minimum

Le ministère de l’agriculture et de l’élevage a pris des mesures pour essayer d’encourager les caféiculteurs. Désormais le prix du café cerise est fixé à 500 francs burundais par kilogramme au minimum. Dans une conférence de presse de ce jeudi 04 mai 2017, le ministre Déo Guide Rurema a fait savoir que cette mesure a pour objectif de motiver les caféiculteurs afin de développer cette culture d’exportation qui fait rentrer des devises dans les caisses de l’Etat.

Le ministre Déo Rurema a indiqué que les caféiculteurs vont percevoir leur salaire en deux tranches. Ils recevront la 1ère tranche au début du mois de juin et la dernière vers la fin du mois de juillet. Autre mesure pour développer cette culture en perte de vitesse depuis le projet de privatisation de la filière café, « les moniteurs agricoles devront désormais se rendre sur terrain régulièrement pour conseiller et orienter les agriculteurs », a précisé le ministre Rurema.

Le patron du ministère de l’agriculteur et de l’élevage a averti les personnes qui se rendront coupables de vente frauduleuse du café à l’extérieur du Burundi qu’« elles seront punies sévèrement », a souligné Rurema. Les autorités à la base sont appelées à veiller à la mise en application de ces mesures et à surveiller les caféiculteurs pour qu’ils ne passent pas outre l’interdiction du gouvernement d’aller vendre frauduleusement le café à l’extérieur du Burundi.

Le ministre Rurema a rappelé que le café rapporte beaucoup de devises au pays d’où le gouvernement ne va pas tolérer les fraudeurs. Le prix du café cerise variait entre 420 et 475 francs burundais au cours de l’année 2016.


Publié le 5 / 05 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire