Burundi-Education : l’OLUCOME dénonce la hausse «illégale » des frais scolaires

L’Observatoire de Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques constate que la fixation des nouveaux frais scolaires fixés respectivement par l’ordonnance ministérielle à 7000 francs par trimestre et par élève externe et à 15000 francs par trimestre et par élève interne, alors que ces frais étaient à 3000 francs par trimestre et par élève externe et à 8000 francs par trimestre et par élève interne fait une augmentation de 87,5% pour un élève interne et 40% pour un élève externe.

Selon l’OLUCOME, l’article 6 de l’ordonnance ministérielle qui stipule que « Pour les charges inhérentes pour la construction de nouvelles salles de classes ou autres infrastructures scolaires, les directions doivent collaborer avec les comités de gestion des écoles (CGE) et l’administration locale pour arrêter des stratégies appropriées de mobilisation et de recouvrement des fonds nécessaires », ouvre une voie aux directeurs de demander d’autres frais supplémentaires aux élèves.
Pour cette ONG locale, cette ordonnance est contre tous les textes légaux régissant la fixation, la collecte et la gestion des finances publiques. Elle invite plutôt le gouvernement à annuler cette ordonnance car les élèves et leurs parents croupissent actuellement dans une misère sans nom. Elle demande également d’interdire les organes ou institutions de l’Etat en dehors des communes ou du ministère des finances et de la privatisation de s’arroger le droit de fixer n’importe quel frais demandé à la population ne figurant pas dans la loi des finances et dans la loi régissant les finances communales et municipales.


Publié le 11 / 09 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire