Burundi-Education : les délégués signataires refusent de signer une fiche d’identification, les premiers commencent à être arrêtés

Comme s’était écrit sur le communiqué signé et affiché par l’OPC1 Nimbona Bonansize Célestin, directeur-adjoint de la Régie des œuvres universitaires chargé de la sécurité. Les représentants des étudiants du campus Kiriri signataires du préavis de grève adressé au président de la République se sont présentés au bureau de ce chargé de sécurité, ils étaient accompagnés par leurs camarades des autres campus signataires eux aussi de ce document.

Ceux de Kiriri qui étaient sur rendez-vous, étaient les premiers à arriver au bureau de cet officier de police. Des fiches d’identifications leurs sont présentées. D’un coup, les délégués signataires des autres campus ont rejoint leurs amis. Ensemble, ils ont refusé cette identification qui renseigne sur le nom et prénom, numéro de téléphone, numéro de chambre et chaque délégué devrait signer qu’il est parmi les signataires d’un ultimatum envoyé au chef de l’Etat.

Après ce refus catégorique de ces représentants des étudiants, la chasse à l’homme commence. L’étudiant Dushime Elysée du troisième baccalauréat à la faculté de l’économie qui quittait son lieu de stage vers le campus Mutanga, s’est vu arrêter par des inconnus qui étaient à bord d’une double cabine à vitres teintées. Cet étudiant était au niveau de l’avenue de l’université, aux environs du lycée Scheppers. Un autre a failli être interpellé à l’Hôpital Militaire de Kamenge là où il effectue son stage.
Un délégué contacté affirme qu’ils vivent actuellement dans une peur panique. « En adressant au président la correspondance qui cause des polémiques, nous étions en accord avec tous les étudiants donc pas question de signer cette fiche qui n’a d’autres visées que nous identifier afin d’être arrêtés », a-t-il expliqué.

Dans une interview accordée à nos collègues de Isanganiro, l’OPC1 Nimbona Bonansize Célestin indique qu’il n’est pas au courant de l’arrestation de l’étudiant Dushime Elysée et invite plutôt les délégués signataires à se présenter à son bureau un à un pour continuer des enquêtes sur le document qu’ils ont envoyé au numéro un burundais.


Publié le 29 / 03 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire