Burundi : Jamal Benomar l’envoyé spécial de l’ONU récusé à son tour par Bujumbura

Le gouvernement du Burundi par le biais de son ambassadeur aux Nations Unies a déposé au bureau du Secrétaire Général Ban Ki-moon, une lettre demandant le remplacement pur et simple de l’envoyé spécial du Secrétaire Général de l’ONU au Burundi. Jamal Benomar était nommé comme médiateur de l’ONU dans la crise burundaise.
Bujumbura n’a pas précisé pourtant les raisons de retrait de confiance à ce médiateur de l’ONU, sauf que dans cette lettre, le président Nkurunziza affirme que la communauté internationale est témoin de l’évolution positive de la situation au pays.
Et d’ajouter qu’Il souhaite tout simplement que soient organisées « des consultations tous azimuts » entre son gouvernement et les deux Secrétaires Généraux de l’ONU (l’entrant et le sortant) en vue d’un remplacement du représentant de l’ONU. Des sources parmi les diplomates à l’ONU disent que ce retour en arrière des autorités burundaises n’est pas fondé.
Au mois d’octobre 2016, Jamal Benomar avait éffectué une visite à Bujumbura pour tenter de redémarrer les négociations inter burundais au point mort depuis plusieurs mois. Le médiateur des Benomar a affirmé avoir écouté toutes les parties dans le conflit burundais. Dans un rapport présenté au conseil de sécurité au mois de novembre 2016, Jamal Benomar avait qualifié ses discutions avec les protagonistes dans la crise burundaise de constructives.
Mais certains responsables de la société civile burundaise s’étaient levés contre les déclarations de cet envoyé spécial du Secrétaire Général de l’ONU. Ils avaient fustigé son attitude en l’accusant de n’avoir pas compris le fond du conflit burundais. L’opposition burundaise en exil, quant à elle, n’avait pas bien accueilli ses positions à propos du rapatriement du dialogue inter burundais. Ils affirment que les conditions d’organiser ce dialogue au Burundi n’étaient réunies.
En réaction à ces accusions Jamal Benomar a précisé sur son compte Twitter qu’il n’a jamais exprimé ses positions à l’égard du rapatriement du dialogue. Il a réitéré son appel à tous les burundais à travailler en bonne fois avec le président Mkapa médiateur de la sous région à la crise burundaise pour la réussite d’un dialogue inclusif.
Les tensions entre Bujumbura et New York ont monté d’un cran depuis le dernier rapport des experts en droits de l’homme de l’ONU et sur la résolution 2303 qui recommandait à la CPI d’enclencher des enquêtes sur le Burundi pour traduire en justice les auteurs des crimes cités dans ce rapport.
Bujumbura n’a pas digéré ce rapport et a déclaré personne non gratta les trois experts de l’ONU, il a suspendu sa coopération avec le Haut Commissariat des droits de l’homme au Burundi et s’est retiré de la CPI comme pour échapper aux poursuites. Le britannique d’origine marocaine Jamal Benomar est le troisième envoyé spécial du Secrétaire Général des Nations Unies à tomber en disgrâce avec le pouvoir Nkurunziza.


Publié le 15 / 11 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire