Burundi-Journée internationale de la démocratie : la PARCEM se demande si la population en a eu les dividendes

La célébration de la journée internationale dédiée à la démocratie arrive au moment où les piliers de celle-ci connaissent des turbulences. Telle est l’analyse faite par le président de l’organisation Parole et Action pour le Réveil des Consciences et l’Evolution des Mentalités (PARCEM).

Les piliers de la démocratie sont la bonne gouvernance, le développement économique et le respect des droits de l’homme, selon Faustin Ndikumana. Il se demande si aujourd’hui la population burundaise aurait eu gain de cause de cette démocratie.

Dans une conférence de pesse qu’il a animée ce vendredi 15 septembre 2017, journée internationale dédiée à la démocratie, il déplore que la démocratie au Burundi se limite à la seule organisation des élections qui sont, par ailleurs, une façon de lutter pour se maintenir ou conquérir le pouvoir.

Ndikumana explique que pour arriver à asseoir la démocratie au Burundi, il faut passer par trois axes qui sont le respect des Accords d’Arusha, de la constitution et le rétablissement des principes de la bonne gouvernance.

Ecoutez Faustin Ndikumana

MP3 - 594.5 kb
Clique pour écouter...

Publié le 15 / 09 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire