Burundi : L’OLUCOME dénonce les contributions « forcées »

Le président de l’Observatoire burundais de lutte contre les malversations économiques (OLUCOME) dénonce les taxes et les impôts qui ne relèvent pas du domaine de la loi.
Gabriel Rufyiri fait allusions aux différentes contributions qui sont souvent demandées aux citoyens ou membres des partis politiques. L’OLUCOME rappelle que les taxes et impôts sont réglementés par quatre instruments juridiques : la constitution, la loi organique régissant les finances, la loi portant réforme de la fiscalité communale et la loi des fiances votée chaque année.
Suivez Gabriel Rufyiri

Clique pour écouter...

Publié le 7 / 04 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire