Burundi : L’opposition extra-parlementaire recommande la rupture totale entre Bujumbura et Bruxelles

Dans une conférence de presse animée ce mardi 22 novembre 2016, le président de l’opposition extra-parlementaire a demandé au gouvernement de suspendre « complètement » sa coopération avec la Belgique.

« Si l’ancienne puissance coloniale du Burundi continue à soutenir des responsables de la société civile accusés d’avoir organisé des manifestations et des soulèvements contre le troisième mandat de Nkurunziza, le gouvernement doit rompre toute coopération avec la Belgique », a martelé Jacques Bigirimana, président de l’opposition burundaise extra-parlementaire.

Jacques Bigirimana déclare que le fait de donner la parole à certains responsables de la société civile en exil hier lundi 21 novembre 2016 devant le sénat belge est « une provocation, un signe d’un conflit ouvert ». L’opposition extra-parlementaire conteste les propos tenus par certains activistes burundais de la société civile dont Pacifique Nininahazwe qui alertait sur un « génocide en préparation » au Burundi.

Jacques Bigirimana dément : il n’y aura pas de génocide ; a-t-il rassuré tout en accusant la Belgique d’avoir, depuis longtemps, cherché à diviser le peuple burundais en instaurant notamment une carte d’identité qui mentionnait l’éthnie.

L’opposition extra- parlementaire burundaise prend à témoins l’UE, l’UA et la communauté internationale en générale sur ce qu’elle appelle « action provocatrice » de la Belgique envers le Burundi.


Publié le 22 / 11 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire