Burundi : La CNIDH regrette que les crimes de 2015 et 2016 restent impunis

Selon le président de la CNIDH, même si il ya eu des avancées en matière du respect des droits de l’homme en 2016, beaucoup reste à faire dans le domaine de la justice. Jean Baptiste Baribonekeza affirme que, des victimes d’assassinats commis en 2015 et en 2016 n’ont pas encore eu droit à la justice.

Le président de la commission nationale indépendante des droits de l’homme CNIDH, Jean Baptiste Baribonekeza a indiqué à nos confrères du journal iwacu ce jeudi 15 décembre 2016 que l’année 2016 a été marquée par une amélioration des droits de l’homme au Burundi. Selon lui, la sécurité est globalement bonne dans le pays.

Jean Baptiste Baribonekeza a déclaré qu’après les visites effectuées dans les cachots et prisons du pays, la CNIDH a constaté que le nombre de détenus au cours de l’année 2016 a diminué par rapport à l’année 2015. Cette année, plus de 6000 détenus ont été recensés alors qu’ils étaient plus de 9000 détenus en 2015.

La commission nationale indépendante des droits de l’homme CNIDH, précise qu’elle n’a pas encore terminé à faire le rapport sur les cas de disparition forcée pour l’année 2016. Le président de la CNIDH a fait ces déclarations à l’occasion de la semaine dédiée aux droits de l’homme au Burundi.

Toutefois, des organisations de défenses des droits de l’homme comme ligue ITEKA et SOS/ torture Burundi rapportent chaque semaine des cas d’assassinats ciblés, d’arrestations, de disparitions forcées, de tortures, d’exécutions extrajudiciaires et de viols.


Publié le 16 / 12 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire