Burundi-Sécurité : trois personnes tuées dont deux femmes ce week-end

Une femme de la colline de la colline Musenyi commune et province Cankuzo a été tuée par un inconnu. L’auteur a d’abord défoncé la porte de la maison de la victime dans la matinée de ce dimanche 23 avril 2017 avant de la poignarder. La femme a appelé ses voisins pour la secourir afin de l’évacuer vers l’hôpital mais elle est décédée juste quelques temps après dans les mains d’un voisin qui la tenait dans ses bras.
Des sources parmi les habitants de cette colline disent qu’elles ne savent pas les mobiles qui seraient derrière ce meurtre puisque cette femme vivait en harmonie avec ses voisins. Toutefois, l’administration de base de cette colline demande l’arrestation du mari de la victime, un certain Léonard Ndagijimana. Il est soupçonné d’être impliqué dans le meurtre de cette femme puisqu’il vivait avec une seconde femme après avoir abandonné celle-ci. Le chef de cette colline pense que cet homme voulait se débarrasser de sa première femme pour s’inscrire à l’état civil avec la seconde.
Une autre femme a été tuée par son mari dans la nuit de samedi à dimanche 23 avril 2017 sur la colline Taba commune Songa province Bururi au sud du pays.

Des sources sur place ne précisent pas exactement comment cet homme a tué sa femme, mais ses voisins affirment qu’ils ont été alertés par les enfants de ce couple. La femme aurait été forcée de boire une bière qui contiendrait une poison selon des sources policières à Bururi. Le commissaire provincial de la police dans cette province a confirmé l’arrestation du mari de cette femme Joseph Nyandwi. Il a été conduit au cachot de la police à Songa pour des raisons d’enquêtes.
Peu avant la soirée du 22 avril 2017, des militaires de la position Ruhororo colline Rukina commune Mukike province Bujumbura ont ouvert le feu sur un jeune homme du nom de Jean Claude Bashirahishize qui est mort sur le champ. Un autre jeune qui était avec la victime dans un bus de transport sur la route nationale RN7 qui se rendait à Matana a échappé de justesse.
Selon le chef de colline Rukina Sévérin Ndayizeye, les militaires de cette localité faisaient le contrôle des cartes d’identité des passagers qui étaient à bord de ce véhicule quand ces jeunes ont tenté de fuir. Ce responsable administratif affirme qu’ils sont natifs de cette colline mais que les voisins ne les avaient pas vus depuis une année.
Des sources sur place disent qu’ils sont poursuivis par les autorités administratives pour avoir participé aux manifestations contre le troisième mandat du président Nkurunziza. Des proches de la victime demandent que des enquêtes soient menées pour déterminer les circonstances de son assassinat. Le porte parole de l’armée le Colonel Gaspard Baratuza a déclaré à la presse ce lundi 24 avril 2017 que des militaires ont tiré sur lui parce qu’il tentait de fuir.


Publié le 24 / 04 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire