Burundi- corruption : Tolérance zéro sans effet six ans après selon Parcem

L’économie du Burundi continue de chuter, les mesures de lutte contre la corruption sont restées dans les discours des autorités du pays selon l’ONG locale Parcem (Parole et Action pour le Réveil des Consciences et l’Evolution des Mentalités).
Dans une conférence de presse animée ce vendredi 26 août 2016 par le représentant légale de cette ONG, à l’occasion du 6 ème anniversaire de la déclaration de la tolérance zéro contre la corruption Par le président Nkurunziza. Faustin Ndikumana de Parcem a dit que des initiatives entreprises par le gouvernement n’ont pas été achevées. Il demande la révision du cadre légal de lutte contre la corruption.
L’ONG Parcem donne des exemples qui illustrent que les limites du cadre légal contre la corruption telle que, la déclaration des biens et du patrimoine prévue aux articles 29 et 36 de la loi qui n’inspire aucune inquiétude à l’endroit des responsables qui ne déclarent pas.
Selon Faustin Ndikumana, la même loi en son article 58 favorise et facilite les auteurs de l’enrichissement illicite ou blanchiment car il n’est prévu aucune peine ni prévention ni une poursuite judiciaire. Le représentant légal de Parcem interpelle les autorités pour joindre la parole aux actes si non, la situation économique du pays va continuer à reculer.


Publié le 26 / 08 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire