Burundi- Dialogue : l’OLUCOME demande une résolution ferme à la crise burundaise

« Face à un pays qui n’a ni de devises ni de produits pétroliers ni des médicaments ni l’électricité et qui ne garantit pas les besoins fondamentaux de ses citoyens, l’EAC devrait clarifier sa position par rapport à la crise politique persistante au Burundi et donner sa position ferme sur la résolution de cette crise avant fin juin 2017 » ; écrit l’Observatoire de Lutte contre la corruption et les Malversations Economiques (OLUCOME) dans un communiqué de presse sorti ce vendredi 19 mai 2017.

Le texte remis à la presse s’adresse particulièrement aux chefs d’Etat de l’EAC qui se réunissent dans le 18 ème sommet de Dar-Es-Salaam qui devrait aborder la question de la crise politique au Burundi. L’OLUCOME estime qu’il s’agit d’une occasion à ne pas rater pour aider les Burundais à sortir de la crise. Le contexte actuel montre, selon l’OLUCOME, que « les préoccupations des politiciens, des autorités en place et des citoyens diffèrent largement ».

L’OLUCOME vient d’adresser aux chefs d’Etat de l’EAC un document intitulé : Position de l’OLUCOME face à la crise actuelle au Burundi : causes, conséquences et solutions. L’OLUCOME dédie en outre cette semaine du 18 au 25 mai au débat contradictoire comme mode de règlement de conflit et de développement économique au Burundi.

Le texte demande des sanctions aux acteurs dans le conflit, particulièrement au gouvernement, qui refuseront de participer au dialogue inclusif externe et l’arrêt du processus d’amendement de la constitution.


Publié le 19 / 05 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire