Burundi : le ministère de la sante risque de perdre une aide de plus 110 millions de dollars suite au malaise au sein de ce ministère.

Dans une correspondance confidentielle adressée à la ministre de la Santé le 08 février 2017, deux organisations de la société civile CAPES+ et PISC-Burundi mettent en garde le ministre de la santé publique et de lutte contre le SIDA Josiane Nijimbere que le Fonds mondial risque de couper les subventions accordées au Burundi pour trois maladies étant la malaria, Sida, tuberculose et d’autres partenaires comme GAVI,PADSS, etc.

Les ONGs CAPES+ et PISC-Burundi avancent 21 causes qui sont à l’origine d’un malaise que connait actuellement le ministère de la santé. Selon ces deux ONGs, un logisticien chargé de la mise en œuvre des subventions du Fond Mondial a été « abusivement » licencié. Elles accusent aussi Docteur Nijimbere de créer des services parallèles de recrutement avec tendances de corruptions, d’éloigner les cadres techniques du traitement des dossiers en y associant des individus non outillés et de malversation « notoire ». A titre d’exemple ces ONG indiquent que 7 véhicules et une forte délégation de plus 20 personnes ont accompagné la ministre à Kanyaza pour présider les cérémonies du 26e anniversaire du charte de l’Unité nationale le 04 février 2017.

Ces organisations concluent leur correspondance « confidentielle » en alertant que si rien n’est fait pour redresser la situation, le pays risque de perdre une de plus 110 millions de dollars américains. Les copies de ce courrier ont été envoyées au président de la République , au président du CNLS, au président de la chambre du parlement, au président de la chambre haute du parlement,aux deuxième vice de la République et deuxième vice président du CNLS.


Publié le 23 / 02 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire