Burundi : le nombre de réfugiés burundais monte et le HCR appelle à la mobilisation des fonds

L’agence des Nations Unies pour les réfugiés « HCR » se dit inquiet de la situation instable qui prévaut au Burundi et du nombre de réfugiés qui ne cesse de monter dans les pays voisins. C’était lors de la conférence de presse animée ce mardi 23 mai 2017 à Genève par Babar Baloch, porte parole du HCR.
Selon un article publié le même jour sur le site du HCR, depuis avril 2015, plus 410 000 burundais ont été forcés de fuir leurs maisons. Des effectifs qui gonflent du jour au jour. « des citoyens qui continuent à quitter le pays, citent les atteintes aux droits de l’homme, la peur de la persécution et la violence sexuelle comme raisons de fuite», indique le porte parole du HCR.
« Sans l’amélioration de la situation politique, les réfugiés devrait atteindre plus d’un demi-million d’ici la fin de 2017, ce qui pourrait classer le Burundi à la troisième position sur la liste des pays qui comptent plus de réfugiés en Afrique », a-t-il jouté.
Le HCR estime ses besoins de financement pour les réfugiés burundais à 250 millions de dollars US (contre 214 dollars qu’il recevait). « Des ressources sont nécessaires pour fournir une assistance d’urgence aux nouveaux arrivants. Jusqu’à présent, le HCR n’a reçu que deux pour cent des fonds requis. Les conditions de vie des réfugiés dans les pays voisins sont extrêmement difficiles. D’autres arrivées dépassent la capacité d’accueil dans les camps de réfugiés, en particulier en Tanzanie, au Rwanda et en RDC. Des fonds urgents sont nécessaires pour moderniser et construire de nouveaux bâches », lance Babar.

Pour le porte parole du Haut Commissariat pour les Réfugiés, l’éducation des enfants réfugiés est gravement affectée par le nombre insuffisant de classes. En Tanzanie, il est nécessaire de construire plus de 600 nouvelles classes. En RDC, par exemple, les centres de transit ne peuvent plus accueillir les réfugiés entrants, les obligeant à vivre dans des conditions extrêmement défavorables, souvent sans abri.
Le sous-financement entrave les efforts du HCR pour développer la vie de réfugiés nouvellement arrivés à Mulongwe dans la région du Sud-Kivu en RDC. Les camps surpeuplés exposent davantage les réfugiés, en particulier les femmes et les enfants, à de nombreux risques. Un plus petit nombre de réfugiés burundais ont également fui vers le Kenya et vers des pays d’Afrique australe comme la Zambie, le Mozambique, le Malawi et l’Afrique du Sud. Le HCR renouvelle son appel aux donateurs pour qu’ils continuent de soutenir les pays qui accueillent les réfugiés burundais. Le porte parole du HCR invite les pays voisins à accueillir ceux qui fuient le Burundi et à ne pas renvoyer les réfugiés contre leur volonté.


Publié le 23 / 05 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire