Burundi : le parti au pouvoir et ses alliés toujours opposés au dialogue avec les putschistes

Le secrétaire général du parti au pouvoir Evariste Ndayishimiye a déclaré ce jeudi 8 décembre 2016 aux médias locaux que le gouvernement ne peut pas dialoguer avec les opposants recherchés par la justice. Evariste Ndayishimiye s’oppose à l’idée d’amnistie provisoire aux les putschistes en vue de résoudre la crise burundaise.
Ce secrétaire général du CNDD-FDD, ceux qui ont fait le coup d’état manqué du 13 mai 2015, et d’autres qui sont poursuivis par la justice doivent répondre de leurs actes. Il affirme que le temps d’amnistie provisoire est révolu.

Le président du parti FNL Iragi rya Gahutu Rémy quant à lui, a indiqué que si le président Nkurunziza acceptait les négociations, il aurait trahi le peuple burundais qui l’a élu pour un mandat de cinq ans. Pasteur HABIMANA, appelle Nkurunziza à ne pas accepter ce dialogue proposé par le médiateur Benjamin Mkapa. Il propose que ce dialogue soit organisé en 2020 au terme de ce mandat du président Pierre Nkurunziza.

De son côté, l’ambassadeur français au Burundi a indiqué que la France et l’UE sont toujours prêtes pour soutenir le médiateur dans sa méthodologie pour obtenir la solution à la crise burundaise.
Cet ambassadeur a indiqué, après la rencontre avec le médiateur Benjamin Mkapa, le gouvernement et l’opposition en exil doivent faire des concessions en faveur de la paix au Burundi. Laurent De La House regrette que c’est le manque de volonté entre les parties en conflits qui complique la résolution de la crise burundaise.


Publié le 9 / 12 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire