Bururi-Education : des écoles à régime d’internat trop endettées peinent à restaurer les élèves

D’après le directeur du lycée Rutovu, l’école doit à ses principaux fournisseurs près de 100 millions de nos francs burundais. Il s’agit des impayés de l’année scolaire écoulée. Frère Protais Ndayegamiye précise que le lycée Rutovu a accueilli un nombre très élevé de jeunes élèves pour cette rentrée scolaire 2017-2018.
Selon le directeur, le nombre provisoire d’élève du lycée Rutovu s’élève à plus de 900 élèves internes. Il est supérieur à la capacité d’accueil de l’école, d’après la direction de l’école qui affirme que l’école peine à nourrir et à héberger tous ces élèves. Les lits et les matelas sont insuffisants. Les élèves se bousculent à trois sur un seul banc pupitre.
Le lycée Rubanga a lui aussi une dette de 100 millions de francs burundais tandis que le lycée Matana et le lycée Bururi doivent respectivement 43 et 37 millions de francs burundais à leurs fournisseurs de vivres. Seul l’ETS kiryama n’a pas accumulé d’arriérés envers ses fournisseurs l’an passé.
Devant une telle situation, certains responsables des écoles à régime d’internat disent que la restauration des élèves internes est aussi un problème. Une semaine après la rentrée scolaire, aucune de ces écoles n’a déjà reçu de subsides pour ce premier trimestre. Les écoles sont à la recherche des fournisseurs qui accepteraien de donner les vivres à crédits.
Les fournisseurs hésitent à cause du volume d’arriérées non encore recouvrées .Les responsables scolaires appellent le ministère de l’éducation à revoir à la hausse les subsides pour faire face à la flambée des prix sur les marchés locaux mais aussi de donner ces subsides à temps pour éviter l’accumulation de dettes.


Publié le 18 / 09 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire