Calvaire des Burundaises domestiques à Oman

Une jeune fille burundaise qui travaille comme domestique à Oman est décédée ce mercredi 13 avril 2016. C’est une autre burundaise qui fait le même travaille qui a donné à sa famille la nouvelle. Selon ses témoignages, la défunte était atteinte d’une maladie psychique depuis plusieurs semaines suite « aux tortures et travaux forcés » qu’elle n’a pas supportés.
La victime de ces traitements inhumains est originaire du quartier Ruvumera de la zone Buyenzi dans la municipalité de Bujumbura. D’après les mêmes témoignages, avant sa mort, elle avait passé plusieurs jours à errer dans les rues d’Oman. Cette burundaise, domestique à Oman consommait le reste des aliments trouvés dans des poubelles. « Ces patrons ne l’ont pas fait soigner arguant qu’elle faisait semblant d’être folle pour avoir l’autorisation de rentrer dans son pays », ajoute son collègue qui se trouve toujours à Oman.
La rédaction Bonesha a rencontré à Bujumbura une fille qui vient de rentrer au pays après avoir passé deux mois à Oman. Elle raconte le calvaire des filles burundaises qui se font embaucher comme domestiques. « Nous travaillons sans repos, le premier jour j’ai torchonné une maison à deux étages, après j’ai lessivé les habits et j’ai passé toute la journée sans manger. Le deuxième jour, la situation est restée la même j’ai fini par tomber en syncope. Quand j’ai voulu me reposer, ma patronne m’a frappé , ensuite je me suis sauvée vers l’agence qui m’a recruté . Ils ont accepté de me payer un ticket retour jusqu’au Rwanda.
Des amies forcées de coucher avec leurs patrons sont torturées au feu par leurs patronnes. Malgré ce calvaire, des burundaises continuent à partir vers l’Oman. Il y aurait une agence des Omanais au Burundi qui les recrute en complicité avec des commissionnaires de la police. Notre témoin explique que ces derniers les mobilisent et facilitent l’obtention des documents de voyage. Arrivées à Oman, elles sont payées 100 dollars par mois dans des conditions inhumaines.


Publié le 15 / 04 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire