Cinq militaires transférés au service national de renseignement

Deux jeunes officiers capitaine Naramba Daniel et lieutenant Havugiyaremye Mélance d’une même famille et originaires de la commune Mugamba et trois sous-officiers au grade de 1er sergent-major ont été transférés ce lundi 17 octobre au cachot du service national de renseignement à Bujumbura. Ils étaient détenus depuis plus de deux mois au cachot de la police militaire.

Certains militaires ont été arrêtés à leurs postes d’attache, d’autres en dehors des postes d’attache. Des sources proches de la famille de ces deux officiers cités ci-haut déclarent que les leurs seraient victimes des relations parentales avec certains activistes de la société civile en exil.

Les familles de ces militaires dénoncent ce qu’elles appellent détention illégale des leurs et demandent qu’ils soient libérés dans les meilleurs délais. Ces familles regrettent que depuis plus de deux mois, ces cinq militaires ne sont jamais comparus devant les juges. Des sources au sein de l’armée proche de ces militaires affirment avec regret que leurs compagnons d’armes « sont accusés à tort d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat et de collaborer avec les rebelles ».

Contacté, le porte-parole de l’armée Colonel Baratuza Gaspard affirme ne pas être au courant des accusations portées contre ces militaires et promet de s’exprimer plus tard.


Publié le 18 / 10 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire