Commémoration du 22eme anniversaire du Génocide contre les Tutsi au Rwanda

Le 7 avril au Rwanda marque le début de 100 jours de commémoration du génocide commis contre les tutsi en 1994. Le Président Tanzanien s’est joint à son homologue rwandais Paul Kagame dans ces cérémonies d’ouverture de deuil national. La commémoration de cette année (Kwibuka) se déroule sous le thème; "Kwibuka 22: Lutte contre l’idéologie du génocide."

De 1994 à 2016, il y a vingt-deux ans que l’inimaginable est arrivé. Dans ces cent jours, le génocide contre les Tutsi avait emporté plus d’un million de Rwandais depuis le 7 avril 1994 selon le rapport du ministère de l’intérieur de 2002. Ces atrocités ont été commises après la mort du président Juvenal Havyarimana tué dans un crash d’avion avec son Homologue Burundais Cyprien Ntaryamira.

« Le crash d’avion n’est pas le début du génocide. Le génocide était bien avant préparé car sur les cartes d’identités nationales était mentionnée l’ethnie du porteur. Et ce depuis 1922. » a indique le secrétaire général de la commission national de lutte contre le génocide.

Ce jeudi, les Rwandais se sont souvenus des leurs. C’est le président Paul Kagame, accompagné par son homologue Tanzanien Dr John Pombe Magufuri, qui a inauguré les cérémonies d’ouvertures de cent jours commémoratifs.
Tout au long de la semaine, le drapeau rwandais sera en berne en l’honneur des victimes, tandis que les fonctionnaires vont travailler pour une demi-journée en fin de leur accorder le temps de participer à des discussions communautaires organisées dans tout le pays dans le cadre de la commémoration au cours de la semaine, pour la réconciliation entre Rwandais.

Selon le président Paul Kagame, cette période est consacrée "comme un moyen d’accorder le respect approprié aux victimes du génocide."
Larmes aux yeux, les survivants du génocide, des responsables gouvernementaux, des dirigeants et diplomates étrangers se sont succédés, à commencer par le Président Paul Kagame, pour déposer les gerbes de fleurs au site mémorial national de Kigali avant d’allumer une flamme de l’espoir (Urumuri Rutazima).
La flamme symbolise le courage et la résilience des Rwandais au cours des 22 dernières années, selon les responsables.

Le mémorial abrite plus de 250.000 victimes du génocide.
«Nous sommes ici pour nous souvenir des notres qui ont péris en cent jours avant la libération du Rwanda. Je n’oublierai jamais mes enfants et mon mari. » a laisse entendre une sexagénaire.

La période de deuil officiel se terminera par un événement de commémoration au site mémorial du district de Kicukiro dans la ville de Kigali, qui accueille les restes de plusieurs politiciens tués pendant le génocide.
Cependant, les événements de commémoration continueront à travers le pays jusqu’au 3 Juillet, le jour où le Front Patriotique Rwandais a pris le pouvoir et arrêté le génocide.

Prof Jean Pierre Dusingizemungu, le président d’Ibuka, une organisation des survivants du génocide, a indiqué qu’un certain nombre d’événements sont prévus pendant la période de commémoration de cette année. L’accent sera mis sur la lutte contre l’idéologie du génocide et l’amélioration des conditions de vie des survivants. «Nous espérons que pendant cette période, nous allons voir plus de maisons des veuves du génocide et des orphelins rénovées, les litiges de propriété établis, les procès en cours élucidés, et des aides seront distribuées aux survivants les plus vulnérables.»

Selon la Commission nationale pour la lutte contre le génocide (CNLG), «l’idéologie du génocide doit être combattu sans relâche parce que les auteurs du génocide et leurs bailleurs de fonds continuent à déformer la vérité autour de lui». Il a pointé du doigt certains pays Européens comme la France qui traine les pieds à extrader « les génocidaires».

Des milliers de personnes écopent des peines différentes allant jusqu’à la perpétuité accusées de participation au génocide.
Dernièrement, un rwandais du nom de Ladislas Ntaganzwa a été extradé par la RDC. Ancien administrateur de la commune Nyakizu au sud, il pèse sur lui 5 chefs d’accusations dont auteur et instigateur du génocide qui a emporté plus de 500. 000 tutsi de sa localité.


Publié le 7 / 04 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire