Délestage : des clients des maisons de distributeurs des chaines numériques viennent à compte goutte

A la compagnie Startimes, des agents chargés de la distribution des bouquets, passent des heures à consulter leurs téléphones mobiles ou à s’occuper autrement. Arrivés sur place, nous avons trouvés quelques abonnés, qui s’approvisionnaient tandis que d’autres venaient pour chercher des informations en rapport avec des problèmes liés aux pannes de leurs décodeurs.
Au distributeur Canal Sat la situation est presque la même. Les agents de cette compagnie disent que les clients viennent à compte goutte. Le délestage répétitif serait la cause de ce désintéressement d’abonnement.
Pour Azam TV un distributeur des chaînes de télévisions numérique, qui ne date que de 5 mois, c’est une déception. Les informations recueillies auprès de ces agents disent que cette compagnie a été obligée de diminuer les prix mais les résultats restent inchangés. Le bouquet de 140 chaînes qui était vendu à 40 milles francs burundais se vend à 30 mille, celui de 20 mille francs burundais s’achète à 12 milles francs burundais avec 50 chaines.
Des abonnés rencontrés, disent qu’ils ne peuvent pas acheter des unités alors qu’il n’y pas d’électricité « cela fait 3 mois que j’ai coupé mon abonnement chez startimes, dans mon quartier nous pouvons passer deux jours sans électricité donc je ne peux pas gaspiller de l’argent pour rien » a indiqué une femme rencontré au quartier Kibenga.
Les sources en provenance de Startimes indiquent que les autorités de cette compagnie sont entrain de voir comment augmenter les bonus pour leurs abonnés.


Publié le 6 / 06 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire