Des habitants des quartiers contestataires préfèrent vivre dans l’anonymat.

De peur des arrestations opérées tous les jours à Bujumbura par la police, un nouveau phénomène des gens qui effacent les numéros de leurs parcelles dans certains quartiers.
Depuis le début des représailles des manifestations anti 3e mandat de Pierre Nkurunziza au mois d’Avril, certains citoyens de la zone Musaga ont commencé à effacer les numéros d’identification de leurs parcelles. Un des habitants contacté a indiqué sous couvert d’anonymat : «Nous voulons que ces policiers et des agents de la documentation qui viennent arrêter injustement nos enfants, ne trouvent pas facilement l’adresse ». Des habitants nous ont raconté qu’ils soupçonnent que la mairie de Bujumbura avaient marqué ces numéros sur les parcelles des maisons pour identifier facilement les opposants .Les autorités n’avaient pas expliqué le bien fondé de la mesure. La même situation se présente dans d’autres zones contestataires telles que Nyakabiga , Cibitoke. Ils demandent à la police de cesser ces arrestations « intempestives ». Dans ces mêmes zones, certaines maisons des personnes ayant fui ont été détruites. D’autres, l’autorité municipale a décidé de les transformer en position militaire ou policière.


Publié le 1 / 03 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire