Des pluies diluviennes continuent à faire des dégâts dans les quartiers du nord de la capitale

Plus de 60 maisons ont été détruites suite aux pluies abondantes de ce week-end dans la commune urbaine de Ntahangwa. Les dégâts sont énormes, 37 maisons se sont écroulées à Bukirasazi II, 17 dans la zone Buterere et 5 maisons dans la zone Kamenge a déclaré le porte -parole de la police .Les sinistrés expliquent que leurs maisons étaient déjà fragilisées par des pluies répétitives.
Dix ménages des victimes de ces de la zone Buterere ont rejoint les autres sinistrés à l’ECOFO Bumwe de la Zone Buterere. Ils disent qu’ils vivent dans des conditions très difficile : « dans ce site il n’ya pas d’eau potable, nous craignons d’attraper les maladies liées aux mains salles, nous puisons de l’eau dans des puits qui n’est pas propre nous demandons aux bienfaiteurs de nous venir en aide car on n’a pas même de quoi mettre sous la dent».
Malgré cela ;l’administration de la zone Buterere avait pris, la semaine dernière, la décision de chasser les sinistrés dans ce site. La justification est que les écoliers ont suspendu les cours et n’ont pas une autre place pour continuer leurs études. Une partie de ces sinistrés a accepté de regagner leurs maisons car la croix rouge a distribué des tentes à ces sinistrés pour les ériger dans leurs parcelles qui sont actuellement vide. Les autres victimes qui sont toujours regroupés à cette école indiquent qu’ils n’ont pas où aller : « La Croix Rouge n’a distribué des tentes aux propriétaires des maisons les locataires ont été oubliés »regrette un homme trouvé dans ce site.
La situation n’est pas facile même pour ceux qui ont accepté de retourner chez eux .Arrivé à Buterere1 tout près de la rivière Kinyankonge , qui est la parti la plus touchée par les inondations, nous avons trouvé dans quelques parcelles ,des tentes qui sont érigés dans de l’eau stagnante mélangé de la boue .Ces tentes qui étaient de couleurs blanches sont maintenant méconnaissables. Les bénéficiaires de ces tentes disent qu’ils vivent dans des mauvaises conditions « C’est là où je passe la nuit avec mes 5 enfants et ma femme, c’est impossible même de dormir sur une natte avec ces eaux de pluies, plus il pleut plus nous sommes inondés davantage ».Les victimes de ces inondations demandent au ministère ayant la solidarité dans ses attributions et les bienfaiteurs de leur venir en aide.


Publié le 4 / 04 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire