Education : les candidats à l’université toujours à la croisée des chemins, le gouvernement appelle à la patience

D’un côté, les universités privées locales ont lancé les inscriptions pour l’année académique prochaine depuis près de deux mois, d’un autre côté le gouvernement du Burundi n’a pas encore annoncé les résultats de ceux qui ont été homologués ou non.
Les élèves ne savent pas s’ils vont se faire inscrire dans une faculté ou dans un institut. Seuls les élèves qui ont obtenu 50 pourcent et plus sont tranquilles, les autres ne savent pas à quels saints se vouer. Contacté par la radio Bonesha fm, certains de ces élèves déclarent qu’ils ont décidé de briser le doute pour aller se faire inscrire par peur de rater les facultés et les universités convoitées.
Au cours des années précédentes, le gouvernement faisait la cooptation selon le nombre de places disponibles dans les universités locales.
Actuellement, le ministère de l’éducation ne s’est pas encore prononcé sur cette question. Le porte-parole du ministère de l’éducation Juma Edouard, appelle simplement les élèves à patienter et attendre l’affichage des résultats d’homologation.
Les élèves qui se sont fait déjà inscrire courent le risque de perdre leurs frais d’inscription qui varient entre 30 et 60 mille francs burundais selon les universités. C’est au cas où ils trouveraient qu’ils se sont fait inscrire dans une université alors qu’ils ont seulement le droit d’étudier dans un institut ou échoué.
Au cours des années antérieures, le gouvernement annonçait les résultats d’homologation au mois de novembre et les universités débutaient les inscriptions justes après.


Publié le 19 / 01 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire