Eriger un monument aux forces de sécurité tuées ; et rayer de la liste des sénateurs les anciens chefs d’Etats : propos sortis du dialogue interne à Makamba

Le dialogue interne se poursuit depuis ce jeudi dans le sud du pays dans la province de Makamba. Le président du sénat, natif de cette province Révérien Ndikuriyo accompagné de l’assistant du ministre de l’intérieur lui aussi de cette province étaient les principaux autorités Burundaises qui supervisent ce dialogue. Pour Ntahiraja Térence assistant du ministre « les policiers et militaires Hutu et Tutsi ont été les premiers à sauvegarder la paix et la sécurité dans le pays. Par conséquent, ils ont été les premières victimes à périr dans la crise que nous vivons. En tout état de cause, il faut que le gouvernement érige un monument en mémoire des militaires et policiers tués. » Il ajoute qu’il faut rayer de la liste les anciens chefs d’état qui ne participent pas dans les sessions du sénat alors qu’ils perçoivent des gros salaires chaque mois.
Selon le président du sénat, il faut limiter les partis politiques au plus à 3 formations politiques .Il ajoute que les partis politiques qui se sont mal comportés dans « les insurrections précédentes » sont à exclure comme le parti FIS en Algérie (Front Islamique pour le Salut) .Le président du sénat considère les membres de ces partis politiques comme terroristes à traquer. Dans la salle, d’autres demandent que ceux qui se sont réfugiés à l’extérieur du pays y restent éternellement car ils sont entrain de consommer l’aide extérieur. Le métier du journalisme a attiré aussi l’attention des participants « Il faut revoir le journalisme au Burundi, les journalistes ont été parmi les déclencheurs de la crise au Burundi » Pour quelques uns, le respect des règles, la limitation des mandats et le dialogue inclusif seront des facteurs qui favoriseraient la paix au Burundi. Au centre de la province de Makamba, toutes les écoles avaient suspendu les cours ce jeudi car les élèves à partir de la 10ème année étaient invités dans ce dialogue mais le port de l’uniforme était interdit.


Publié le 12 / 02 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire