Grognes des enseignants redéployés

Le redéploiement des enseignants opéré au début de cette année scolaire 2016-2017 fait couler beaucoup d’encre et de salive. Certains enseignants ont été déplacés d’une province à une autre. « J’étais à l’école primaire Musaga I, j’ai été mutée à l’école primaire Rukina dans la commune Mukike en province Bujumbura alors que ma famille se trouve ici dans la ville », déplore une enseignante. Elle indique qu’ils sont au nombre de douze qui ont été envoyés à l’école primaire Rukina à une 30 de km.
Ces douze enseignants disent qu’ils craignent pour leur sécurité car les enseignants vacataires qui sont à cette école « les menacent qu’ils viennent pour les remplacer ».
Selon le président du syndicat CONAPES Emanuel Mashandari, certains enseignants se sont vu leur ancienneté réduite pour être redéployés ce qui est incompréhensible. Le président du syndicat STEB à Rutana Antoine Manuma quant à lui dénonce l’injustice que deux enseignants de sa province ont subit lors du redéploiement. Un de ces deux enseignants a été muté à une école située à 90 kilomètres, l’autre à 60 kilomètres. Chacun de ces deux instituteurs est obligé de dépenser plus de 15 000 francs burundais par jour pour le déplacement.
Cependant, la commission qui est chargée de redéployer les enseignants souligne que les délais de recours sont écoulés et elle invite les enseignants à se présenter aux nouveaux lieux d’affectations plus tard le 07 septembre 2016. Cette même commission met en garde ceux qui passeront outre cet appel.


Publié le 5 / 10 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire