Joyeux anniversaire sur Bonesha Fm: Editorial

Le 19 février 1996, la radio Umwizero (Espoir) qui deviendra plus tard la radio Bonesha FM démarrait ses programmes. Emettant depuis Bujumbura, la capitale burundaise, ce projet des Burundais était financé à 100% par l’Union Européenne. Prenant le devant, le diplomate français Bernard Kouchner proposait une radio pour réconcilier le peuple burundais contrairement à la radio mille collines qui a joué un rôle tristement célèbre dans le génocide au Rwanda voisin du Burundi en 1994. A cette époque le Burundi était plongé dans une guerre civile avec des mouvements armés qui combattaient le pouvoir. La première radio associative indépendante a alors ouvert ses micros pour proposer une information équilibrée, le dialogue, la réconciliation dans le respect du pluralisme d’idées et des principes démocratiques. Les mouvements armés qui avaient des revendications se sont exprimés sur nos micros et deux de nos collègues en ont payé un séjour dans les cachots du Service National de Renseignement sous le pouvoir de Pierre Buyoya. Ceux qui dirigent le pays actuellement devraient se rappeler de ce combat difficile que nous avons mené dans le professionnalisme au nom du droit à l’information et de la liberté de la presse.
Anniversaire fêté dans la tristesse et le courage
Cette semaine du 15 au vendredi 19 février 2015 nous l’avons choisie pour célébrer les 20 ans au service de la population burundaise mais nous fêtons la mort dans l’âme. Des malfaiteurs ; ceux qui sont chargés de protéger les citoyens et leurs biens nous ont cruellement attaqué le matin du 14 mai 2015. Nos micros, nos émetteurs ont été détruits par des policiers qui se disaient loyalistes au lendemain d’un putsch manqué. Nous n’avons plus le droit d’accéder à notre site sous prétexte d’un dossier judiciaire ouvert pour collaboration avec les putschistes. Les autorités parlent des enquêtes encours mais nous ignorons si elles ont commencé et l’on doute de l’indépendance des magistrats dans le traitement de ce dossier qui, pour nous, est purement politique. L’équipe de Bonesha a été dispersée. Certains de nos collègues ont été contraints à l’exil. Ne dit-on pas que pour mieux vivre, il faut vivre cacher.


Publié le 15 / 02 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire