Karusi : des habitants dénoncent des contributions forcées exigées par les autorités

Depuis dimanche 27 août 2017, des sources sur place au chef-lieu de la province Karusi disent que des jeunes Imbonerakure ont été placés à l’entrée du marché pour exiger des contributions forcées pour la construction d’un stade moderne. L’accès à ce marché est conditionné par la présentation d’un reçu de payement d’une somme de 500 francs burundais pour la population.

Des listes des personnes exerçant des activités génératrices de revenus ont été élaborées par les responsables administratifs de cette province nous ont indiqué certaines personnes contactées. Elles font savoir que les propriétaires de petits restaurants et bistrots se trouvant dans cette province paieront chacune une somme de 20 milles francs burundais.

Ceux qui exploitent les Hôtels de luxe vont payer 50 milles francs burundais et les détenteurs des dépôts et mégas SSD Brarudi vont contribuer respectivement 100 à 500 milles francs burundais. Les fonctionnaires de l’Etat quant eux devraient donner 3% de leur salaire mensuel pendant douze mensualités. A cela s’ajoute une autre contribution à hauteur du même pourcentage qu’ils avaient donnée l’année passée.

Ces contributions forcées ont été rejetées par les natifs de cette province lors d’une réunion tenue avec le gouverneur de la province Karusi au mois de Mai 2017. Ces natifs avaient estimé qu’il fallait d’abord évaluer la gestion des contributions de l’année passée. Les habitants du chef-lieu de cette province accusent les autorités provinciales de n’avoir pas voulu que cette évaluation soit faite. Ils affirment qu’elles ont tout simplement passé en force en début de cette semaine du 28 août 2017 pour contraindre la population à payer cette contribution.

Ces habitants demandent l’intervention du ministère de l’intérieur et de la formation patriotique pour suspendre ces taxes qui ne sont pas prévues par la loi.


Publié le 30 / 08 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire