L’Olucome demande l’envoi des experts des Nations Unies pour enquêter sur le trafic des jeunes filles Burundaises

Dans une lettre envoyée au Secrétaire Général des Nations Unies le 14 Juin, l’Observatoire de Lutte Contre les malversations économiques OLUCOME révèle un nombre inquiétant de plus de 3000 jeunes filles et jeunes garçons burundais vendus dans les pays arabes notamment l’ Oman, Arabie Saoudite, Liban et Koweït.
Selon l’Olucome, ce trafic qui remonte à 2012 concerne des jeunes filles et garçons qui sont vendus pour être utilisés dans des travaux lourds pendant 12 heures sans repos, ou dans des actes de prostitution.
L’Olucome dénonce certaines entreprises de ces pays trafiquants qui corrompent les autorités pour cautionner ce commerce illégal des jeunes filles et garçons burundais.
Même si ce phénomène est lié à la pauvreté qui sévit dans le pays, Olucome dénonce l’inertie de l’administration burundaise qui ne décourage pas ce trafic. Selon lui, une organisation canadienne s’est adressée au gouvernement burundais à maintes reprises pour lui demander de mettre fin à ce trafic.
Dans cette correspondance, l’Olucome demande aux Nations Unies d’envoyer une mission d’experts indépendants pour faire des enquêtes sérieuses sur ce trafic humain au Burundi. Il interpelle également le ministère de la justice et des relations extérieures qui pourraient décourager ce comportement mais aussi le représentant de la religion musulmane pour aider à décourager ce comportement.


Publié le 15 / 06 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire