L’ancien chef militaire congolais condamné par la CPI

Ce lundi 21 mars 2016, la Cour Pénale Internationale a condamné à l’unanimité l’ancien vice-président de la RDC Jean-Pierre Bemba. Il a été reconnu coupable en tant que chef militaire de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité commis par ses rebelles du Mouvement de Libération du Congo MLC en Centrafrique en 2002 et 2003.
Jean Pierre Bemba devient la première personne poursuivie par la CPI à être condamnée comme chef militaire. La Chambre de première instance III de la CPI décidera de la procédure à suivre pour fixer la peine après avoir entendu les parties et les représentants légaux des victimes.
Selon la FIDH, la Fédération Internationale des Droits de l’Homme, l’enquête de la CPI en RCA a été ouverte le 22 mai 2007, après que l’Etat centrafricain ait saisi le Procureur de la CPI en 2004.
En 2002, le président centrafricain Ange Félix PATASSE avait demandé au groupe armé dirigé par Jean-Pierre Bemba d’intervenir en République Centrafricaine pour mater une tentative de coup d’Etat dirigé par François BOZIZE. Le MLC est accusé d’avoir perpétré les pires atrocités contre les civils, ayant recouru aux viols et meurtres systématiques entre 2002 à 2003.
Jean-Pierre Bemba, ancien chef rebelle du MLC, puis vice-président de la République Démocratique du Congo (RDC) est poursuivi pour trois chefs d’accusation crimes de guerre, crimes contre l’humanité et viols comme arme de guerre.
La FIDH souligne que cette condamnation est un message fort à l’égard des auteurs des crimes contre l’humanité. Karim LAHIDJI, président de la FIDH a indiqué « la condamnation de Bemba envoie un message puissant aux auteurs de crimes internationaux : quelque soit leur fonctions, ils ne peuvent échapper à la justice et seront tenus responsables de leurs crimes. »

Jean-Pierre Bemba a été arrêté en Belgique le 24 mai 2008, puis transféré à La Haye, au centre de détention de la CPI le 3 juillet 2008.
Le procès contre Jean-Pierre Bemba s’est ouvert le 22 novembre 2010 et les plaidoiries finales se sont achevées en novembre 2014.
Le Procureur et la Défense ont 30 jours pour faire appel de la déclaration de culpabilité.


Publié le 22 / 03 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire