La formation post fondamentale en province Bubanza : début difficile

Cette formation qui devait commencer ce lundi matin, vers 12h00, les professeurs candidats à la formation attendaient toujours devant les salles de classe du Lycée Notre dame de la Paix. Tout le monde se posait la question quant à raison de ce retard.
Les formateurs étaient avec le responsable de la direction communale de l’enseignement en commune Bubanza et les responsables des directions qui ont le cycle secondaire en formation post-secondaire pour décider qui est à mettre sur la liste, qui est à retirer.
Toutes les listes affichées comportaient des ratures. Certains enseignants retirés de ces listes se plaignent du flou qui émaille cette activité on ne peut plus délicate pour l’enseignement post-fondamental. Plus de trois fois ces listes ont été remplacées. Difficile est donc l’établissement définitif des listes des enseignants à former.
Les établissements techniques ne sont pas concernés et pourtant, nous avouent deux enseignants des sciences humaines et sociales, que leur exclusion est injustifiée. « C’est de l’impréparation absolue ! Qu’est ce qui manque? », lancent ces enseignants énervés. Les formateurs devront se débattre le reste de la période pour récupérer le temps perdu pour que ce renforcement des compétences des enseignants, dans le cadre de la génération des outils pédagogiques et didactiques de mise en œuvre de la réforme année 1 soit une réussite.
Cette formation qui est réalisée avec l’appui technique de l’Agence Belge de Développement CTB au Burundi, concerne les provinces de Bubanza, Cibitoke, Muramvya, Bujumbura et Bujumbura-mairie et couvrira tout le pays jusqu’au mois de septembre.


Publié le 8 / 08 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire