La francophonie préoccupée par la situation politique au Burundi

Le XVIème sommet de la francophonie à Antananarivo s’est achevé dimanche 27 novembre par l’adoption de la « Déclaration d’Antananarivo » qui sanctionne deux jours de travaux. Les vingt chefs d’Etat et de gouvernement ont aussi adopté 13 résolutions. Mais la plus imposante de ces résolutions est celle qui revient sur les crises dans l’espace francophone.

La situation politique actuelle qui prévaut au Burundi n’a pas passé inaperçu lors de ce sommet. Dans cette résolution, les Chefs d’Etat et de gouvernement ont exprimé leur ”vive préoccupation face à la situation politique dans laquelle se trouve le Burundi, à la persistance de graves violations des droits de l’Homme et aux restrictions des libertés, notamment des libertés d’expression, de la presse et d’association ainsi que face à la situation humanitaire des populations déplacées et réfugiées”.
Ils insistent sur la nécessité, pour les acteurs burundais, de privilégier un règlement pacifique de la crise que traverse le pays, et ce, sur la base et dans le respect de l’Accord d’Arusha.

Ces autorités appellent les responsables burundais à poursuivre les efforts menés en vue d’un dialogue réellement inclusif avec toutes les parties à la crise attachées à une solution pacifique et l’ensemble des acteurs à s’engager concrètement dans les sessions de dialogue inter-burundais, sous médiation de la Communauté est-africaine, menées par le facilitateur et ancien président tanzanien, Benjamin Mkapa.
Ils demandent également aux autorités burundaises à coopérer avec l’Organisation des Nations unies pour mettre en œuvre les récentes résolutions du Conseil de sécurité et du Conseil des droits de l’Homme.

Ces chefs d’Etat et de gouvernement ont réitéré la disponibilité et la détermination de la Francophonie à tout mettre en œuvre, notamment par l’envoi, dans les plus brefs délais, d’une mission de l’envoyé spécial de la Secrétaire générale, Pascal Couchepin, ancien président de la Confédération suisse, pour contribuer à restaurer la confiance entre les acteurs politiques burundais et à rétablir, de manière durable, la paix au Burundi.


Publié le 28 / 11 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire