La hausse des prix des denrées alimentaires inquiètent les consommateurs

Les habitants de la capitale Bujumbura se disent préoccupé par la hausse exagérée des produits des premières nécessités. Certains habitants rencontrés disent que si rien n’est fait dans l’immédiat beaucoup de gens vont attraper la maladie liée à la malnutrition.

Cette femme rencontrée au marché de Ruvumera dans la commune urbaine de Mukaza indique que la capitale est devenue invivable à cause de la cherté de la vie « mon mari est un mécanicien il me donne la ration quotidienne de 5000francs bu et j’ai 6 enfants à nourrir le kilo de haricots coute 2000fbu la farine de mais s’achète à 2000 par kilo ;cet argent est insuffisant je suis obligée d’acheter des restes de charbons et en peu d’huile, pour le moment mes enfants ne mangent qu’ une fois par jour et ils ne sont pas rassasiés »

Dans la zone Buterere certains ménages peuvent passer même deux jours sans avoir quelques choses à mettre sous la dent. Dans une famille que nous avons visité nous avons trouvé une femme entrain de réchauffer l’essuie main « je réchauffe les habits pour tromper mes enfants pour qu’ils gardent le courage d’aller à l’école croyant que je suis entrain de cuisiner les haricots si j’ai de la chance le soir mon mari va amener 1000fbu pour qu’on puisse acheter les patates douce que je partage entre mes enfants avec de l’eau à boire. »
Les inquiétudes sont mêmes pour les fonctionnaires qui affirment qu’il n’est plus possible de nourrir leurs familles trois fois par jour.


Publié le 2 / 02 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire