Le Cnared appelle les chefs d’Etats de l’EAC à trouver un autre facilitateur dans la crise burundaise

D’après un communiqué de presse rendu public ce mercredi 4 janvier 2017 à Bruxelles par la plate- forme de l’opposition Burundaise réunie au sein du CNARED-GIRITEKA, Dr Jean Minani demande au médiateur dans la crise burundaise, le président Ougandais yoweri Kaguta Museveni d’entrer rapidement en consultation avec les autres chefs d’états de la communauté de L’EAC pour trouver un nouveau facilitateur.
Au vue du manque d’efficacité de l’actuel facilitateur Benjamin Mkapa, le CNARED demande que nouveau facilitateur soit renforcé par une équipe des experts de l’UA et De l’ONU qui ont de l’expertise nécessaire pour mieux communiquer avec les parties prenantes dans la crise au Burundi.

Le CNARED déclare qu’il ne pourra plus répondre aux négociations convoquées ou organisées par l’ex- président Tanzanien Benjamin Mkapa. L’opposition Burundaise de l’intérieur comme de l’extérieur dit avoir été choquée par ces récentes déclarations quand il était en visite au Burundi en fin du mois de décembre 2016.

Benjamin MKAPA est reproché d’avoir invité les parties prenantes dans le conflit Burundais à se préparer aux élections de 2020 et de traiter l’opposition burundaise « de malades mentaux ». Selon le CNARED-GIRITEKA, Benjamin MKAPA s’est disqualifié de lui-même, et a violé les principes élémentaires d’impartialité et neutralité pour être facilitateur.

Cette plate- forme de l’opposition Burundaise demande en outre au facilitateur de sursoir à toute forme d’organisation de négociations inter-burundaise. Il accuse le facilitateur d’avoir pris une position partisane pour renforcer Nkurunziza dans son plan de modifier la constitution pour régner à vie.

Le CNARED-GIRITEKA interpelle la communauté internationale à faire l’embargo économique et sur les armes contre le Burundi. Il estime que ces mesures de pressions peuvent contraindre le président Nkurunziza à renoncer à la voie de la violence pour emprunter celle des négociations inclusives. Le CNARED demande également le renvoi du contingent Burundais de l’AMISOM et invite l’UE à rester intransigeant en faveur de ce renvoi .Selon l’opposition Burundaise, les fonds issus de ses missions de maintien de la paix servent à entretenir la milice imbonerakure et à corrompre les officiers et d’autres dignitaires du Régime .


Publié le 6 / 01 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire