Le dialogue interne pourrait décider la fin de l’Accord d’Arusha.

Dans un entretien avec le président de la Commission de Dialogue National inter-Burundais accordé après les premières sessions de dialogue, Monseigneur Justin Nzosaba a relevé que les participants ont essentiellement fait remarquer que l’Accord d’Arusha est obsolète et qu’il a été déjà évalué. Lors des ces sessions, les questions qui revenaient souvent portaient sur l’amendement de la constitution et la lutte contre l’impunité des crimes commis. Dans ce dialogue inter-burundais qui a débuté ce mardi 19 janvier 2016, les participants ont émis, selon le Président de la CNDI, de la suppression, dans la Constitution, de la limitation des mandats. Quant à la question du dialogue extérieur, monseigneur Justin Nzosaba dit que les participants ont rejeté cette option et suggéraient que le dialogue soit organisé sur le territoire national ». Monseigneur Justin Nzosaba dit ne pas être opposé à l’idée d’un dialogue externe « pourvu que la solution à la crise burundais soit trouvée ». Le président de la CNDI précise que cette commission sera toujours proche du médiateur pour convaincre tout le monde à participer dans ce dialogue interne. D’ autres descentes seront organisées dans les provinces de l’Ouest du pays à savoir Cibitoke, Bubanza ainsi que Bujumbura pour permettre aux habitants de ces provinces à s’exprimer sur ces questions.


Publié le 25 / 01 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire