"Le gouvernement Burundais ne peut pas se permettre d’avancer dans l’instabilité, la division et le déclin économique"

L’Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la région des Grands Lacs, Saïd Djinnit, et quatre autres envoyés internationaux ont appelé mercredi à la reprise du dialogue au Burundi qui connaît depuis plusieurs mois une grave crise politique marquée par des violences. Ils ont rappelé que « la violence ne résoudra pas la crise politique au Burundi et ne générera que de l’instabilité » et ont demandé au gouvernement burundais et aux autres parties prenantes politiques à reprendre immédiatement un dialogue politique transparent, inclusif et global. « Un tel dialogue, pour être crédible et efficace, doit aborder les questions fondamentales, y compris le respect des droits de l’homme, la liberté de la presse et les autres libertés fondamentales, et la nécessité d’une meilleure gouvernance inclusive »
Les envoyés internationaux ont salué les efforts de la Communauté d’Afrique de l’Est (CAE), et notamment de l’Ouganda, avec le soutien de l’Union africaine et des Nations Unies, pour trouver une solution politique et pacifique pour le Burundi. Ils ont jugé inquiétante la décision de l’Assemblée nationale burundaise la semaine dernière d’éliminer les quotas assurant l’équilibre ethnique et la parité hommes-femmes au sein de son comité de direction. La crise au Burundi dure depuis plusieurs mois depuis la décision du Président Pierre Nkurunziza de se représenter pour un troisième mandat. Ce dernier a été réélu lors du scrutin présidentiel organisé le 21 juillet 2015. Depuis le début de la crise, plus de 200.000 personnes ont fui dans les pays voisins pour échapper aux violences. « Déjà l’une des plus fragiles au monde, l’économie du Burundi a plongé davantage ces derniers mois et montre peu de signes de reprise en l’absence d’un règlement de la crise politique », ont prévenu les envoyés internationaux. « Le gouvernement burundais ne peut pas se permettre de continuer sur une voie marquée par l’instabilité, la division, le déclin économique extrême, et la crise humanitaire. Les bailleurs de fonds ont clairement indiqué que leur volonté de continuer à collaborer avec le gouvernement est tributaire des progrès vers le rétablissement de références démocratiques du pays à travers un dialogue sérieux et inclusif », ont-ils ajouté


Publié le 13 / 08 / 2015 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire