Les détenus accusés du putsch protestent leurs mauvaises conditions de détention

Le groupe des détenus de la prison centrale de Gitega accusés du coup d’Etat manqué du 1 3 mai 2015 demande au directeur de la prison centrale de Gitega de mettre en application la décision de supprimer les conditions inhumaines que subissent leur groupe.
Entre autre l’interdiction de jouir le droit de culte et de participation à toutes activités d’encadrement et de détente collective organisée à l’intérieur de cette prison et au droit à l’information.
Dans une correspondance adressée au directeur de la prison centrale de Gitega, ces détenus du quartier mineur de cette prison indiquent qu’ils ont le même droit que d’autres détenus car ils ont passés du statut des prévenus à celui des détenus. Ces locataires de la prison centrale de Gitega s’étonnent de l’influence de l’administration provinciale de Gitega, du commissaire provincial et du chef des renseignements dans cette province dans la prise de décision à leur égard.
Ils demandent la suppression de cette décision qu’ils qualifient d’inhumain et dégradant, car ils continuent de subir une séquestration morale et spirituelle disent- ils. Parmi les 28 accusés de ce coup d’E tat manqué, 7 d’entre eux ont été acquittés


Publié le 29 / 01 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire