Les micros finances et leurs clients en difficultés financières

Les activités des institutions de micros finances tournent au ralenti depuis le début de la crise qui secoue le Burundi. De petits commerçants qui vivaient des micros crédits indiquent qu’ils sont dans la misère. Leurs activités commerciales se sont arrêtées. La femme rencontrée à la micro finance TURAME regrette qu’elle a été victime du fait que ses collègues n’ont pas remboursé une partie du « crédit solidaire » qu’ils avaient contracté ensemble.
« Depuis le mois d’Avril de l’année passé je n’exerce plus de commerce ; mes collègues n’ont pas pu payer la totalité des dettes qu’ils avaient envers la micro finance Turame, qui nous avait octroyé un crédit solidaire. Moi qui avait remboursé, j’en suis victime.»
Un commerçant rencontré qui s’est entretenu avec nos reporters au marché de Jabe dit qu’il avait contracté une dette à l’institution de micro finance WISE mais qu’il a perdu tout son capital.
« J’avais contracté une dette d’un million de fbu au début de l’année 2015. Je devais rembourser la totalité du crédit au cours de cette même année mais ca m’a été très difficile parce qu’au mois de mai l’insécurité m’a perturbé; j’ai passé deux mois sans travailler et maintenant j’ai peur que mon hypothèque soit confisqué », raconte un commerçant, larmes aux yeux.
Les responsables institutions de micro finance comme Wise,Turame finance, Kazoza et Corrilac regrettent que la plupart de leurs clients n’ont pas remboursé les crédits contractés au cours de l’année 2015. Certaines de ces micros finances ont été obligées de réduire le personnel tandis que d’autres ont même fermé quelques agences.
Corrilac avait une agence à l’immeuble Rucsa Plaza mais l’agence a été fermée. Des sources concordantes indiquent que les responsables de la Micro finance Kazoza auraient exigé à leurs clients défaillants de rembourser leurs dettes et qu’au cas contraire la micro finance pourrait faire un recouvrement forcé via les convocations ou confiscation de leurs biens.


Publié le 3 / 03 / 2016 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire